La Happy VIE de Jean-Louis

Né dans une famille créative, Jean-Louis commence très tôt à s’intéresser à la peinture et à l’âge de 16 ans à peine, il réalise des copies de tableaux de grands maîtres au pastel. Ce goût de la peinture lui vient de sa mère et de sa grand-mère qui pratiquaient la peinture comme loisir. Ne croyant pas en la possibilité de vivre de son art, il suit un cursus lambda mais n’arrête jamais de peindre. Il réalise des toiles très colorées qui s’inscrivent dans le mouvement de la figuration libre, ainsi que des peintures sur des mannequins de vitrine en résine et des animaux en fibres de verre. Ce n’est qu’en 2010 qu’il décide de se consacrer entièrement à son art.

Le Happy STYLE de Jean-Louis

Ma peinture n’est pas seulement contemplative, faire un tableau c’est à la fois construire un espace et s’inscrire dans une histoire, raconter. Une attitude, un sentiment ou une ambiance doivent suffire pour créer une vie, des vies dans un même lieu. Ainsi chaque tableau est un feu d’artifice d’évènements servis dans une sorte d’alchimie créatrice.

Travail à l’ancienne : Plusieurs dessins préparatoires, ébauche des volumes et mise en page sur la toile, puis acrylique et posca. Pas de collages, pas de pochoirs ni photos ni autres procédés imprimés ou autres.

Pourquoi on AIME Jean-Louis

Jean-Louis nous éblouit par ses couleurs chatoyantes. Les visages de ses sujets s’intègrent parfaitement dans un ensemble pourtant chargé. On peut passer des heures à observer ses toiles dans les moindres détails. Ses oeuvres racontent votre histoire d’une façon à la fois peu académique et pourtant totalement harmonieuse.

Le Happy Funky PORTRAIT de Jean-Louis

♥ Vous souvenez-vous de votre premier choc esthétique?
Ce sont sans conteste les peintres juifs de l’école de Paris, ces artistes réfugiés à Paris Montparnasse vers 1905 et qui fuyaient les pogromes des pays d’Europe de l’est ; ils arrivaient en France en guenilles : Pinchus Krémègne, Chaïm Soutine, Pascin, Moïse Kisling, Alexander Archipenko… Mais c’est Marc Chagall qui m’a surtout inspiré.

♥ L’artiste que vous souhaiteriez rencontrer? Que lui diriez-vous?
Robert Combas est l’artiste avec qui j’aurais aimé échanger, je l’ai déjà croisé à plusieurs reprises à l’occasion d’expositions à la galerie Laurent Strouk avenue Matignon à Paris, mais sans vraiment échanger. J’aurais aimé l’entretenir sur « l’inspiration des artistes » et la sienne en particulier, en effet en ce qui le concerne, en vrai chamane, il est complètement imbibé dans son trip, dans son monde, presque en transe dirais-je lorsqu’il travaille que ce soit en atelier ou en exhibition publique.

♥ Quelle est votre couleur préférée? que vous inspire-t elle?
Le bleu et toutes les déclinaisons de bleus

joli souvenir entre soeurs
Portrait peint sur mesure d'après photo

♥ Quel musée vous procure la plus grande émotion? Pourquoi?
Musée de l’Hermitage à St Petersburg plus petit que le Louvre et bien organisé pour les visites.

♥ Quelle oeuvre d’art achèteriez-vous sans hésitation si vous aviez un budget illimité?
« Le violoniste vert », une peinture de 1923-24 de Marc Chagall qui fait maintenant partie de la collection du musée Guggenheim de New York.

♥ Dans quelle ville vous sentez-vous le plus heureux? Pourquoi? Partagez vos 3 adresses coups de coeur.
Paris quartier latin – Malaga/Marbella – Juan-les-pins 

joli souvenir entre soeurs
Vos enfants sont une oeuvre d'art

♥ Quel livre vous garde éveillé toute la nuit? 
« Boulevard des crépuscules » de Pierre Achard. Un livre fascinant qui se lit comme un roman et dans lequel les personnages (acteurs et actrices d’un cinéma disparu, celui d’Hollywood des années 50) apparaissent en êtres humains, puis en stars. Pierre Achard décrit, avec une nostalgie teintée d’humour filigrané, la mort des grandes stars de ces années-là en faisant un parallèle avec leur vie. Un ouvrage envoûtant.

♥ Quelles sont vos plus grandes sources d’inspirations?
J’ai en fait plusieurs références d’inspiration en peinture : les peintres juifs de l’école de Paris avec surtout Marc Chagall et ensuite les expressionnistes allemands du début du XXème siècle qui par leur audace m’ont toujours ému.

♥ Qu’avez-vous fait de plus funky dans votre vie?
Si on prend le mot funky dans le sens baroque du terme, je peux dire que j’ai par exemple remplacé un pianiste de jazz professionnel lors d’un concert (il était souffrant) au pied levé alors que je n’avais que des notions rudimentaires de piano (j’avais 17 ans) et aucune notion de solfège, je pianotais à peine, mais l’orchestre n’avait personne d’autre sous la main. 

♥ Quelle est votre définition du bonheur?
Vivre en harmonie dans la société sans discriminations de races, de genres ou de religions. Et être soi-même sans jouer de rôle.

Vos enfants sont une oeuvre d'art
joli souvenir entre soeurs

    Inscrivez-vous à notre Funky newsletter

    Suivez-nous