Portrait de Cecile, talentueuse ilustratrice

Cécile, illustratrice 🇫🇷

Commander un portrait réalisé par Cécile

La Happy VIE de Cécile

Passionnée par le dessin depuis l’enfance, j’ai tout appris de la peinture et du graphisme de mon grand-père, grand médecin mais surtout sublime aquarelliste. Curieuse et touche-à-tout, j’ai été professeur d’université, publicitaire, créatrice, à Rome, Londres, Paris et maintenant Bordeaux.
Mais on revient souvent à ses premières amours et me voilà de nouveau un crayon à la main. Je suis inspirée par les petits bonheurs du quotidien. Alors évidement, je dessine beaucoup de gens qui s’aiment ! Des parents et des enfants, des amoureux et des jeunes mariés…
Ces instants fugaces, magiques et anodins à la fois, ces évidences de l’amour partagé, j’aime les imaginer entre pétillance et nostalgie, candides mais un peu décalés aussi. Et je pense que cela se voit dans mon trait.

Le Happy STYLE de Cécile

Ses portraits sont des dessins qu’elle travaille avec un crayon… virtuel. Oh, il est bien réel son crayon mais tout en plastique droit sur sa tablette graphique. Elle travaille donc sur un ordinateur. Et elle aime tout particulièrement incorporer dans ses portraits des aquarelles qu’elle peint « in real life » et qu’elle numérise.
Et comme elle est une grande émotive, même si elle dessine à partir d’une photo, on sent dans son trait de la fragilité qui s’applique, somme toute, tout à fait à mon sujet : à la fois précis, réaliste, juste et pourtant sensible, délicat et inachevé.

Pourquoi on AIME Cécile

Cécile nous a immédiatement embarqué dans son monde aux couleurs acidulées. On adore son style un peu rétro, ses traits fins noirs et délicats et ses visages expressifs qui ressortent sur des fonds unis.

Ses compositions sont comme une évidence, une harmonie et douceur en ressortent qui magnifient les personnages et donnent vie à l’oeuvre.

Le Happy Funky PORTRAIT de Cécile

♥ Vous souvenez-vous de votre premier choc esthétique?
Quand je suis sortie de chez l’ophtalmo avec mes toutes premières lunettes, et que j’ai vu, enfin, l’intensité des couleurs des arbres, la lumière qui jouait dans les feuilles en en changeant la tonalité, le bleu un tout petit peu teinté de magenta du ciel d’été. J’avais 1 an. Je m’en souviens encore très précisément.

♥ L’artiste que vous souhaiteriez rencontrer? Que lui diriez-vous?
Chuck Close m’impressionne par sa transcription à la fois froidement réaliste et si teinté de son filtre personnel. Plus récemment, j’ai été irrésistiblement attirée par le travail de Milt Kobashi et Ronald Jackson. Je leur offrirais sans doute un verre en leur parlant de tout autre chose. Par pudeur !

♥ Quelle est votre couleur préférée? que vous inspire-t elle?
J’aime les couleurs chaudes. Le corail étant sans doute ma préférée du moment… Et le jaune. Le « framboise écrasée » aussi peut-être ! Pour l’énergie joyeuse qu’elles dégagent.

portrait en illustration digitale d'après photo

♥ Quel musée vous procure la plus grande émotion? Pourquoi?
Quand je vivais à Londres, je passais mon temps au National Portrait Gallery. Le portrait est à la fois un mystère et un apaisement. Et puis les musées sont ouverts à tous à Londres, on se les approprie comme un fauteuil préféré.

♥ Quelle oeuvre d’art achèteriez-vous sans hésitation si vous aviez un budget illimité?
Je n’ai pas vraiment le besoin de posséder. Mais une sculpture peut-être pour la toucher ou peut-être un beau meuble de designers mid-century, un Charlotte Perriand, George Nakashima ou Gio Ponti peut-être.

♥ Dans quelle ville vous sentez-vous le plus heureux? Pourquoi? Partagez vos 3 adresses coups de coeur.
En ce moment c’est Bordeaux !
J’y bois des cocktails chez Simone, Cocktailerie & Cuisine, une belle adresse située sur les quais Louis XVIII.
J’y mange des glaces bio et outrageusement délicieuses à La Maison du Glacier, place St Pierre.
Je me plonge la main dans la terre avec délectation au Studio Primitif, un studio de céramique ruedu Mirail tenu par des filles adorables.

♥ Quel livre vous garde éveillé toute la nuit? 
Le dernier, c’est la chronique du pays des mères d’Élisabeth Vonarburg.

♥ Quelles sont vos plus grandes sources d’inspirations?
Partir sur un coup de tête dans un autre pays (2 fois !)… vendre notre maison à Paris pour aller vivre à Bordeaux, sans avoir trouver de travail, ni rien… Me faire tatouer les 2 bras entièrement à 45 ans, parce que ça suffit d’avoir envie d’un tatouage et de craindre le regard des autres (et puis se laisser emporter et s’en faire 4… Très gros !)

♥ Qu’avez-vous fait de plus funky dans votre vie?
Un peu tout… la rue où je photographie en douce l’imprimé des robes des passantes, les galeries d’art, virtuelles ou non, les couleurs de ce qui m’entoure.

♥ Quelle est votre définition du bonheur?
C’est une quête perpétuelle, je suis une anxieuse. Mais peut-être être allongée dans l’herbe, en été, avec des amis autour, un verre de vin, des enfants qui nous courent autour et de la quiétude.

portrait en illustration digitale d'après photo

    Inscrivez-vous à notre Funky newsletter

    Suivez-nous